Napoléon  ROUSSEL  (1805-1878)



Biographie, par sa fillePDF (853 ko) HTML  
Le Culte du Dimanche
52 simples discours
PDF (1,1 Mo) HTML PRC
Traités13 Dictons du peuple


Contrairement à une idée assez répandue, l'histoire du protestantisme évangélique français ne se limite pas à celle des efforts missionnaires de nos amis anglais ou américains pour implanter des églises bibliques en France. Il suffit de lire la biographie de Napoléon Roussel, cet étonnant stratège de l'Évangile, pour se rappeler (ou découvrir), qu'il a existé dans notre pays, au 19° siècle, des pasteurs français fidèles à l'esprit de la Réforme, brûlants d'atteindre par le flambeau de l'Écriture les provinces les plus enténébrées.

On peut même dire, sans exagération, qu'il est impossible d'avoir une idée exacte de ce qu'était alors l'état spirituel de cette France rurale, asservie au pouvoir déclinant du catholicisme romain, secouée, ainsi que la plupart des pays d'Europe, par de graves crises politiques, sans avoir lu le livre de sa fille, Émilie Delapierre. Ce document exceptionnel, non par ses qualités littéraires mais par l'ensemble des pièces à conviction qu'il fournit, nous retrace l'histoire des combats, des procès, des victoires et des revers, des joies et des peines qui furent celles de son père à travers sa carrière d'évangéliste.

Napoléon Roussel a beaucoup combattu par la plume. Il a écrit une foule de traités dans lesquels il fustige l'attachement aveugle à la tradition, l'athéisme naissant, l'incrédulité en général. Aujourd'hui, alors que l'indifférence en matière religieuse semble avoir finalement triomphé, on pourrait penser que la lecture de ses écrits n'offre plus qu'un intérêt archéologique. Il n'en est rien, car si les mentalités changent, le fond humain reste invariable : les mêmes objections, les mêmes ruses du cœur pour échapper au regard de Dieu, reviennent constamment ; et la Parole divine leur oppose toujours ses mêmes réponses douces et puissantes.

Par ailleurs cet écrivain infatigable n'a pas produit que des morceaux de controverse ou d'apologétique mais également un grand nombre de discours d'édification, dont nous donnons pour le moment un seul exemple : le Culte du dimanche. On y découvre un penseur énergique et indépendant ; un homme sensible, rendu légèrement mélancolique par les tristesses de la vie et par le constat de la corruption de notre nature pécheresse. Alexandre Vinet appréciait particulièrement et utilisait pour lui-même ces méditations. Napoléon Roussel eut pour ami privilégié Adolphe Monod, parrain d'un de ses fils.

Sommaire